Cholestérol : existe-t-il une liste de statines dangereuses ?

Pour baisser le taux de cholestérol dans le sang, plusieurs solutions sont proposées, dont le traitement avec les statines. Ce sont des médicaments spécifiquement conçus pour jouer ce rôle dans l’organisme. Cependant, on note des désinformations à propos de l’usage des statines, comme quoi, certaines d’entre elles seraient dangereuses pour la santé des patients. Qu’en est-il vraiment ? Existe-t-il une liste des statines dangereuses ? Quelles précautions prendre ? Toutes les réponses dans cet article.

Existe-t-il des statines dangereuses ?

La hausse du taux du mauvais cholestérol est courante chez de nombreuses personnes. Elle exige une prise en charge immédiate pour éviter de graves complications. Pour lutter contre l’hypercholestérolémie, les fibrates et les statines sont souvent utilisés. Particulièrement en ce qui concerne les statines, il en existe plusieurs sur le marché et on distingue principalement :

  • Tahor® ;
  • Vaste® ;
  • Elisor® ;
  • Zocor® ;
  • Lescol® ;
  • Crestor® ;
  • Etc.

Les statines présentent de nombreux avantages dans la réduction du taux de cholestérol. Leurs bienfaits des statines dépassent largement les risques encourus, même si leur efficacité dépend de la biologie et des antécédents sanitaires de chaque patient.

À ce jour, on ne peut pas affirmer qu’il existe une liste de statines dangereuses, car l’action de chacune d’elle dépend de la manière dont elle est accueillie par l’organisme du patient. En général, toutes les statines, en tant que médicaments génériques ou référents, sont conçues légalement pour soulager les patients souffrant d’hypercholestérolémie. 

Elles sont aussi bénéfiques pour prévenir les maladies cardiovasculaires. Toutefois, lors de l’usage, il n’est pas rare d’enregistrer quelques effets secondaires et c’est ce qui nourrit les préjugés sur la dangerosité des statines.

Existe-t-il une liste des statines dangereuses ?

Quels sont les effets secondaires fréquents des statines ?

Avant d’être mis à la disposition des patients, les produits pharmaceutiques ou compléments alimentaires sont soumis à une série de tests qui doivent démontrer que les avantages sont largement supérieurs aux potentiels effets secondaires sur la santé du consommateur. Et c’est le cas de la plupart des statines disponibles sur le marché. On enregistre des effets secondaires variant d’un patient à un autre le plus souvent selon les antécédents sanitaires.

Chez la majorité des personnes ayant été soumises à un traitement de statines, les douleurs musculaires sont les effets secondaires les plus fréquents. En effet, la prise de ces médicaments peut donc provoquer chez certains patients des lésions musculaires irréversibles. Ces lésions se manifestent par la destruction progressive des cellules musculaires. Dans le langage médical, on parle de rhabdomyolyse. Les personnes âgées, les personnes souffrant d’hypothyroïdie ou d’insuffisance rénale sont les plus exposées à cette pathologie lorsqu’elles consomment des statines.

En outre, les statines de la catégorie des hypolipidémiants sont susceptibles d’engendrer des effets indésirables bénins comme des troubles digestifs (constipation, nausées, flatulences, diarrhées, douleurs abdominales), des maux de tête, de la fatigue, des vertiges ou des crampes. Les effets secondaires graves comme l’augmentation des enzymes du foie sont observés seulement chez 1% des patients.

 

Les précautions à prendre lors de la prise des statines

Prendre des statines pour faire baisser le taux du mauvais cholestérol dans le sang est une bonne initiative. Mais durant le traitement, il faut prendre quelques précautions. Ainsi, une surveillance médicale régulière est exigée. Quatre à six semaines plus tard, un bilan sanguin doit être effectué par le médecin afin de vérifier le taux de cholestérol. Ensuite, l’examen est repris chaque trimestre pour confirmer ou non l’efficacité du traitement.

Les personnes soumises au traitement avec la simvastatine et l’atorvastatine sont appelées à ne pas prendre du jus de pamplemousse, car il expose au risque de surdosage et augmente les effets indésirables. Si le patient ressent des crampes, des douleurs musculaires, une sensibilité ou une faiblesse musculaire inexpliquée, il doit le signaler le plus tôt possible au médecin, et une prise en charge sera faite pour limiter les dégâts.

Articles similaires

4.5/5 - (2 votes)

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Blune
Logo
Enable registration in settings - general